Miaw 2 (lolcat romancé)




2
Comprendre son humaine.



Minette se réveille, bâille puis s’étire. Quand il y a la musique, ça veut dire qu’elle va bientôt manger. Coralie est encore allongée dans le lit, sous la couette, elle-même sous Minette. Mais pas Luc. Son humain n’a pas dormi dans le lit, cette nuit. Minette se demande pourquoi, mais peu importe. Coralie ouvre les yeux et grommelle. Elle s’assoit dans le lit, se frotte les yeux et bâille elle aussi, paupières fermées. Elle les ouvre un peu, toise la chaîne, grommelle encore, les referme et soupire.

- Miaw ?
- Hhhmmm… 

La musique s’éteint comme elle était venue. Toute seule. Minette ne s’en étonne plus. C’est comme ça : le matin, une musique, soudain, vient, puis s’arrête. Et cette musique signifie réveil (lorsqu’elle vient) et manger (lorsqu’elle part). Coralie ouvre un œil, grommelle (encore), sort les pieds du lit, les pose au sol, met les pantoufles, soupire, se frotte les yeux, soupire, se lève et soupire (encore).


- Miaaaw ?
- Wiiiiii… tétoâââ Minette ! 
- Mia^âw ?
- Pfff… fychucha… 

Coralie est debout. Ses pieds glissent au sol, elle sort de la chambre, soupire. Minette court vers la cuisine, freine sur le parquet, dérape, regarde en arrière. Coralie s’est arrêtée au seuil de la chambre. Elle se frotte les yeux et bâille. Mais va-t-elle se décider à venir, oui ? Minette revient vers Coralie, au galop. Dans ses jambes, se frotte.

- °Mi°Ii°Ii°Iiawwww !
- Té ! Toa ! Minette ! Tantan ? Té ! Toa ! Malokrane ! 

Le ton est grondant. Minette ne comprend pas pourquoi, donc proteste doucement, pour la forme. Elle s’assoit sur la moquette du salon. Attend. Coralie bâille encore et se remet à avancer. Mollement. Vers où, vers où ? Voyons, vers où ? Vers la cuisine ! Cri de joie de Minette qui s’y précipite aussi, bousculant Coralie. 

- Osavawi ? s’énerve Coralie.
- Miaw ?

Minette a le temps de faire trois allers-retours avant que Coralie n’entre dans la cuisine. Elle est juste appuyée à la porte. En soupirant. En bâillant. En se frottant les yeux. En soupirant encore. Enfin, elle y va. Mais au lieu d’ouvrir le placard du Manger, elle prend un bocal en verre. Elle l’ouvre. Elle se trompe, comme tous les matins ! Minette lui montre le placard : C’est là ! Au lieu d’y aller, Coralie répète encore une fois ce Té ! Toa ! ; ça doit vouloir dire qu’elle n’a pas envie de lui donner à manger… quelque chose comme ça. Le bocal en verre ouvert, elle y prend une cuiller en plastique, plonge la cuiller dans le bocal, la ressort pleine d'une poudre marron à l'odeur curieuse, vide la cuiller dans quelque chose sur la table, plonge la cuiller dans le bocal, vide la cuiller, plonge la cuiller dans le bocal, vide la cuiller. C’est toujours la même chose, tous les matins. Elle pourrait tout de suite lui donner à manger, mais non, elle commence par faire cet étrange rituel. Bien inutile rituel. Minette a faim. Elle le précise :

- Mi°Ii°Iia^a^Â^aw !
- Té ! Toa ! 

Minette tourne la tête de côté. Que signifie donc ce son ? C’est en deux temps, haché, incisif... Son humaine le répète si souvent ! Il faudra trouver, se dit Minette. Faire des analyses comparatives, voir dans quels cas ce son vient… Elle se souvient que Luc l'utilisait, et voilà que Coralie aussi. C'est forcément que c'est important, pour les humains. Surtout que c'est bien détaché ; ils articulent toujours plus, quand ils veulent qu'elle comprenne. Non, c'est sûr : il faut trouver un sens à ces deux sons qui se suivent... Pour l’heure, Minette a faim. Elle le précise :

- Mi°Ii°Iia^a^Â^aw !

Mais Coralie ne lui répond plus. Elle met maintenant de l’eau dans un autre emplacement du quelque chose. Minette tient à rappeler qu’elle a faim. Té ! Toa ! peut-être, mais elle a faim. Coralie appuie sur un bouton du quelque chose, et le bouton s’allume. Et là, enfin, enfin, Coralie s’approche du placard. Et l’ouvre. Minette triomphe. Coralie prend un sachet. Minette le regarde intensément. Coralie le remue. Flic, floc. Flic, floc. Minette se frotte aux jambes de Coralie. Son museau frétille. Sa queue remue en tous sens. Coralie va à la gamelle, se penche, la prend, la pose sur la table. Minette saute sur la chaise de la cuisine. Pour mieux voir. Shriiiiiiik. Coralie déchire le haut du sachet. Flok-flok ; flÔk. Gamelle remplie. Coralie prend la gamelle, se penche, la repose au sol. Manger !

- Mo°wâw !
- Sésa…MoOowa hosi hmmm… pffff… 

Coralie soupire, ouvre un tiroir, prend une cuiller, ouvre un autre placard, prend un bol, ferme le placard, ferme le tiroir, prend une boite en fer, l’ouvre, prend deux morceaux de sucre, les met dans le bol, ferme la boite en fer, puis soupire. Minette mange. Engloutit. Se rassasie. A fini de manger. Coralie est penchée sur la table, debout, paupières fermées, semble attendre quelque chose. La machine qu’elle a remplie fait du bruit. Minette regarde son humaine un instant, intriguée, tout en se léchant les babines. Soudain, Coralie crie, en tapant la table du poing :

- Tintadékoné !

Minette sursaute. Qu'est-ce qui lui arrive ?!
Apparemment, ce n'est pas sur elle que son humaine se fâche, parce qu'elle glisse au sol et, cette fois, soupire :

- Tatrodékoné...

Encore un mystère. Mais Minette renonce à comprendre celui-là, et va dans le salon. Il y a l’odeur de Luc sur le canapé. Il reviendra sûrement le soir. En attendant, digestion.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

- Choisissez votre compte (ou "Anonyme"),
- Ecrivez le message,
- Cliquer sur "Publier"
- Renseignez les deux codes anti-robot qui apparaissent alors, séparés d'un espace (si vous n'êtes pas un robot, sinon, la porte est à droite).
- Cliquer (oui, encore) sur "Publier"