Une bonne question.

Je levai un doigt. Il me regarda. Je tremblais. Je pense, déclarai-je, qu'il s'agit du passé. L'homme, avec sa longue barbe blanche, posa ses yeux lourds sur mes épaules. Non. J'avais droit à deux autres réponses. Qu'est-ce qui n'est plus, mais qui demeurera toujours ?

En bas de cet immeuble, j'étais entré. On m'attendait. Un HLM en ruines, un endroit pour malfrats... Devant l'ascenseur, je levai un doigt. Bouton d'appel. Il vient. Troisième, second, rez de chaussée. J'entre. Douzième étage... Quatrième, cinquième, sixième, septième. Qu'est-ce qui n'est plus ?

L'honnêteté ? Sur Terre, l'homme n'est plus qu'animal. Pour survivre, il faut tricher. Pour tricher, il faut oublier. Oublier le passé qui n'est plus... L'homme est devenu malfrat. Ici bas, nous tous sommes devenus dés la naissance des criminels en sursis. C'est le seul moyen de rester. C'est la seule loi. L'honnêteté n'existe plus. L'Homme ne s'en souvient que dans les livres. L'Histoire semble vieille, impossible. Que veut dire ce mot ? Il n'est plus. Mais qui demeurera toujours ?

Je levai un doigt. Toujours le même. Il me regarda. Je tremblais. Je pense... non, pas l'honnêteté. Elle ne demeure pas. Jamais. Mais alors, quoi d'autre ? L'homme reposa ses yeux sur son grand livre. Il attendait. Il savait ce à quoi je pensais. Je le croyais. Je le crois encore aujourd'hui.

Aujourd'hui ? Puis-je vraiment employer ce terme ? Il n'y a plus d'aujourd'hui, là où je suis à présent. Ce mot n'est plus. Et jamais il n'aura demeuré... L'homme regardait son livre, je me remis à penser.

Je levai un doigt. Le réveil avait sonné. J'appuyais sur le bouton, de l'ongle... Rien... Toujours ce bruit. Je retire ma tête de l'oreiller. Je vois flou, je n'ai pas beaucoup dormi... Le visiophone. C'est lui... Je me lève, je titube, je le décroche. Je vois Peterson, un revolver sur la tempe.

- Comme tu le vois, je suis mal. Il faut que tu viennes. Cent deux, avenue Maximilien George. O.K ?

Je levai un doigt. L'honnêteté. Je m'étais décidé. Ici, l'honnêteté devait demeurer. Une goutte salée perlait sur mon front. Il me regarda. Je tremblais. Je pense, déclarai-je, à l'honnêteté. Il posa ses yeux lourds sur mes épaules. Non... Je n'avais plus droit qu'à une unique réponse. Qu'est-ce qui n'est plus, mais qui demeurera toujours ?

L'ascenseur. Huitième, neuvième. Qu'est-ce qui n'est plus ? J'avais un flingue dans ma poche. J'allais voir ces types. J'étais tireur à gages. Peterson, mon client. Mon patron. Je devais lui obéir. Il devait me payer. Il me protège de ses hommes. Et moi je tue les autres...

J'étais dans l'ascenseur. Peterson, au douzième... Je montais. Dixième étage, onzième étage... boum... La chute, j'y repense bien, la chute, la chute, la chute... Et puis là-haut, tout à coup, devant ce type.

Je levai un doigt. Qu'est-ce qui n'est plus, mais qui demeurera toujours... Vous ? Il me regarda. Je tremblais. Je pense, déclarai-je, que c'est vous. Vous êtes là, vous portez la clef du paradis. Vous n'êtes plus. Vous n'êtes plus qu'une illusion, pour nous autres les Hommes. Mais vous demeurerez toujours. On ne croit plus en vous. Mais vous existez... Oui, saint Pierre, vous n'êtes plus, mais vous demeurerez toujours.

J'avais dit tout ça, sans avaler ma salive. D'un trait. L'ascenseur avait explosé, moi dedans. Puis j'avais vu ce type, devant moi... Les Hommes étaient devenus impardonnables, m'a-t-il dit. Seul les plus raisonnés d'entre eux auront droit à ma clef... Si les Hommes, comme avant, étaient jugés pour leurs péchés, alors Dieu n'en voudrait pas. Les Hommes sont sales, désormais. Tous. 

J'avais droit à trois réponses. Par trois fois, j'avais levé mon doigt. Le passé... Non. L'honnêteté... Non. Vous ? C'est vous, n'est-ce pas ?

L'homme... blanc, sans expression... avait baisé un doigt... vers mes pieds. Je le regardai. Je tremblais. Un souffle. J'étais attiré en bas. Je hurlais. Il fait chaud, ici... Qu'est-ce qui n'est plus, mais qui demeurera toujours ? La vie. La mort. Ou l'enfer ? Non, c'est la vie. Ici, la vie n'est plus. Mais sur Terre, elle demeure... Non. Non... Qu'est-ce qui n'est plus, mais qui demeurera toujours ? En fait..., je n'en sais rien.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

- Choisissez votre compte (ou "Anonyme"),
- Ecrivez le message,
- Cliquer sur "Publier"
- Renseignez les deux codes anti-robot qui apparaissent alors, séparés d'un espace (si vous n'êtes pas un robot, sinon, la porte est à droite).
- Cliquer (oui, encore) sur "Publier"