Miaw 5 - La boite.


5
La boite.



Les jours passent, comme les repas. Et puis, un jour…

- Miaw ?

Coralie tient Minette dans ses bras. Il y a quelque chose sur la table. On dirait une boite, une grande, creuse, avec une ouverture sur le devant, une grille et des barreaux sur les côtés. Coralie l’emmène vers celle-ci. Minette se demande ce que c'est ; et en même temps... un souvenir revient... Un mauvais ; un vieux, aussi. Elle la connait, cette boite... mais de quand ? Elle creuse sa mémoire ; elle ne devait pas être bien vieille, au moment du... Et puis son humaine l'y met, et tout lui revient ! L'odeur qu'il y a là lui parle : il faut fuir ! Tu as déjà été là et tu n'as pas aimé !

- °Mwiii^iiiouuu°… mâ°â°â°w^w^w^w^w^w…
- Allai… antrlad’dan, Minette.
- °Mâ°â°âouw ?

Elle se débat, se défend, tente la fuite, mais Coralie a de trop grandes mains. Finalement, Minette y est enfermée et la grille est bloquée. Elle a beau pousser, elle ne s’ouvre pas. Minette proteste. Coralie se penche sur la boîte et lui parle. Puis elle s’écarte. Minette ne la voit plus. Où va-t-elle comme ça ? Elle doit revenir et ouvrir ! Le visage de Coralie réapparaît. Elle a une voix triste. Minette lui demande si elle peut sortir, maintenant. Elle n’aime pas ce nouveau jeu. Mais le visage s’en va encore. Minette regarde par les trous sur le côté. Son humaine est encore là.

- °Mwwwonnnnn°… se plaint Minette doucement.

Et puis soudain, Minette se sent projetée vers le haut. Puis vers le bas. C'est très déplaisant. Mais sous le choc, son souvenir se précise : elle était chaton, si petite, si petite ; déjà, la boite bougeait beaucoup ; et elle n'aimait pas.
Elle fouille encore sa mémoire..., veut savoir ce qui l'attend... mais il n'y a rien d'autre que la peur. Comment a-t-elle pu oublier cette angoisse ?

Par la grille, Minette voit le sol se rapprocher. Elle proteste, mais Coralie semble ne pas se soucier de son opinion. Alors, la boîte oscille de droite à gauche, un balancement de faible amplitude, et avance aussi vers la porte de l’appartement. Minette n’est jamais sortie de l’appartement. Seulement sur le balcon. Et encore, pas souvent ; on vous le montre, et à peine a-t-on le temps de trouver ça bien, qu'on vous interdit d'y aller.

Coralie ouvre la porte, met un sac dehors, sur le palier, puis pose la boîte. Minette voit un grand trou, plus loin sur la droite, une autre porte, en face, une autre encore, à droite. Des humains, deux grands et un moins, viennent depuis le trou. Puis ils passent à côté de la caisse, et Minette se réfugie au fond. 

- ÔÔ’hun ptich’ââ ; man’gad’ dit le plus petit des humains.
- Aiwimark… bjhourmadmoizel. 
- Bjhour, fait Coralie.
- Miaw ? 
- Allaimark, avhanss… 

Les trois nouveaux humains ouvrent une porte et la franchissent. Puis la porte se referme. Pendant ce temps, Minette sent la boîte, où elle est enfermée, qui remonte. Elle voit mieux le trou : il est à hauteur variable ; un peu profond, puis un peu plus, puis encore un peu plus, et ainsi de suite jusqu’à l’infini. Coralie l’y emmène. Minette ne veut pas y aller, mais Coralie s'en moque. Au bout d’un moment, le trou tourne. Enfin, sa fin. Minette proteste ; ça remue trop ! 

Une porte en verre ; elle s'en souvient, elle la connait ! Bonne ou mauvaise nouvelle ? Elle cherche, cherche... ne trouve rien... 
Coralie appuie sur un bouton de la porte puis l'ouvre. 
Dehors. Du bruit. Beaucoup de bruit. Le dehors du balcon donnait vue sur des arbres, de l'herbe et du silence... Mais ça !

- VVVRRRRMMM ! Tûûût !!! WWWUU-UUMMM ! fait le dehors.
- °Mî°î°î-ow^w^w… s’inquiète Minette.

Coralie semble ne pas se soucier du bruit, semble ne pas s’affoler, semble bien connaître. Elle marche dans la rue, tenant d’une main la cage de Minette, l’agitant. Elle veut retourner à l’appartement ; elle le précise. Elle est secouée, pas bien à son aise. Il y a d’autres humains, aussi. De partout. Il n’y en a jamais eu autant. Un nombre incalculable d’humains, qui parlent entre eux, ou pas, ou tout seuls ; d'autres qui courent, ou pas ; certains qui sentent fort, ou pas… Et Coralie marche au milieu de ce monde, sans s’en soucier. Minette gratte la grille, le fond de la boite, les barreaux sur les bords, va au fond puis devant. Aucune issue. Mais comment sort-on de là ?

- Rét deuboujai komsa, Minette ! 
- Miaw ?

« Rét » de quoi ? Ne plus faire quoi ? Ne plus être enfermée ? Minette est d'accord, mais elle signale à Coralie qu'elle n'y peut rien. Ce n'est pas elle qui est entrée tout seule dans cette boite.

Les humains sont incompréhensibles. Minette le dit.

Et Coralie continue d'avancer, en secouant la boite...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

- Choisissez votre compte (ou "Anonyme"),
- Ecrivez le message,
- Cliquer sur "Publier"
- Renseignez les deux codes anti-robot qui apparaissent alors, séparés d'un espace (si vous n'êtes pas un robot, sinon, la porte est à droite).
- Cliquer (oui, encore) sur "Publier"