Nawak Agah 6 - le temple oublié du naWak

6
Mon Doudou et le temple oublié du naWak


Résumé de l'épisode précédent : Mon Doudou décide de créer une agence de détectives.

Mon Doudou était en train d'écrire sur une pancarte "Doudou privé : Enquêtes et Bisous" et en était au mot "privé" quand Doudou Potanawak, un Doudou tout petit, vint le voir.

– Bonjour ; monsieur Mon Doudou ?
– Euh... oui ? dit mon Doudou.
– C'est bien ici l'agence de détectives pour Doudou ?
– Euh...? Mais... comment que vous savez ? J'ai pas encore fait de publicité !
– C'est bien ici? insista le Doudou que mon Doudou n'avait encore jamais vu.
– Ben... euh... ben oui. Mais...?
– Très bien ! Alors j'aurai une mission pour vous !

Mon Doudou regarda sa pancarte pas finie, puis le petit Doudou Potanawak, puis de nouveau sa pancarte. Il était perplexe.

– D'abord répondez ! dit-il, d'un ton agacé contenu. Comment vous savez que je fais une... j'en ai encore parlé à personne !
– Ce n'est pas important... murmura l'inconnu, du haut de sa toute petite taille, en regardant autour de lui d'un air de conspirateur.
– Bon ! reprit mon Doudou, d'un ton calme forcé. Si c'est encore une histoire de scénario que j'ai pas lu, sachez que c'est peut-être drôle une fois si on a le même humour, et c'est un gros si, mais en tout cas pas deux ! D'accord ?
– Ce n'est pas ça, ce n'est pas ça... murmurait encore plus bas Doudou Potanawak, embarrassé.

Doudou Potanawak entraîna mon Doudou un peu plus loin, ce dernier devenant de plus en plus perplexe.

– Ecoutez... je ne pensais pas arriver si tôt. Je suis désolé... c'est le peuT-Tout du naWak, le T-T powa ; je ne le maîtrise pas encore très bien... enfin... oubliez ça, j'en ai déjà trop dit...
– Trop dit ? Mais-eu ! Je comprends rien !
– Peu importe, peu importe... écoutez... vous tenez bien une agence de détectives ?
– ...oui... bientôt... et vous êtes qui, d'abord ?
– Doudou Potanawak, nain des contrées neigeuses du naWak pur, où vit aussi mon pote Nawak, celui qui m'a... Je suis d'ailleurs le meilleur nain pote à Nawak, savez-vous ? ; et justement... à propos, vous connaissez Nawak ?
– ...non... pourquoi, c'est qui?
– C'est mon pote. Toujours à l'heure et toujours le mot pour rire... 

Mon Doudou regarda Doudou Potanawak en biais et en plissant des yeux. Il avait compris le premier jeu de mot mais pas le second, et cela l'agaçait. En le relisant plusieurs fois, il ne comprenait toujours pas, et ça l'énervait ; qui y'avait-il de drôle concernant le fait que son pote heure a ri ?

– Et je l'ai perdu... poursuivit Doudou Potanawak.
– Ah. Et sinon, vous me voulez quoi?
– Eh bien voilà ; en fait c'est tout simple... il existe un... temple. Le temple oublié du naWak. Vous êtes sûr que personne ne nous observe ?

Mon Doudou regarda tout autour de lui et ne vit personne.

– Bah... non... je ne pense pas.
– Bien, fit Doudou Potanawak. Bien. Euh, qu'est-ce que je disais ?
– Qu'il existe un temple.
– Ah oui ! Le temple oublié du naWak ! Le T-T powa y est très fort, voyez-vous..., parce que... il y a dedans... les... pierres-du-naWak !
– Les quoi ? dit mon Doudou qui n'avait rien entendu à cause du roulement de tambour et de celui de la cymbale qui avait couvert les paroles de Doudou Potanawak.
– Les... pierres du naWak ! répéta Doudou Potanawak plus lentement.
– C'est vraiment très agaçant ce bruit de tambour ! grommela mon Doudou en regardant en l'air pour comprendre d'où venait le bruit.
– N'y prêtez pas attention ; ça, c'est une des manifestations du T-T powa.
– Ah. Bon, d'accord.
– Alors c'est entendu ? Vous pourrez me retrouver ces pierres?
– Euh... je vais voir... mais... et votre pote ?
– Qui ?
– Bah... l'autre, là... je... je sais plus son nom ; enfin votre copain, quoi. Vous ne voulez pas le retrouver ?

Doudou Potanawak regarda mon Doudou comme s'il se demandait de quoi il parlait.

– Je... ne vois pas de qui vous parlez, confirma-t-il après un long instant de silence.
– Ah... Bon, d'accord.
– Il faut cependant que vous sachiez une chose : le temple peut vous rendre fou. Ne partez pas seul, pour ne pas perdre la raison... Partez avec elle ! J'ai, moi-même, parfois cru...

Doudou Potanawak s'interrompit pour tomber dans l’abîme de la réflexion. Puis soudain, il dit "il faut que je..." puis il s'en alla en courant, laissant mon Doudou tout seul, sans même lui faire un câlin d'adieu. Après un long moment à ne pas bouger, l’œil au loin dans le vide, mon Doudou regarda sa pancarte pas finie, puis encore dans le vide, puis de nouveau sa pancarte. Il était perplexe.

– Mais-eu ! Pourquoi mon premier client, il m'a pas plutôt demander de suivre son amoureuse, plutôt, comme dans toutes les histoires où il y a des détectives, d'abord, eu ?!

Finalement, mon Doudou décida de finir sa pancarte, de la poser devant chez lui et puis d'aller recruter une équipe pour sa première mission, comme l'avait recommandé son client bizarre.

Après plusieurs jours à chercher dans les bars à jus de fruits de Mamaison, mon Doudou rencontra Monlapin, qui buvait un jus de carotte et qu'il engagea pour être à l'accueil de l'agence ; et un peu plus tard, il croisa Monlion, qui buvait un jus de fraise et qui accepta de faire les gros bras droits pour mon Doudou. Ils se retrouvèrent tous les trois à l'agence, qu'ils renommèrent "Mon Doudou & Associés ; Détectives pour Doudous ; Enquêtes et Bisoux ; SOS Carotte en détresse" après un long débat d'idées avec des compromis à la fin. Et puis ils décidèrent qu'il était temps de parler de la mission et de comment ils allaient la résoudre. C'est à ce moment-là que mon Doudou se rendit compte qu'il avait oublié en quoi consistait la mission, ni même de qui était le client.

– Ah bah mince alors, j'ai oublié ! disait mon Doudou en essayant de se souvenir.
– Ah bon, vous avez oublié ? s'étonna Monlapin.
– Oui... c'est fou... comment on peut oublier le... le quoi, déjà... une histoire avec un pote... non..., je ne sais plus...
– Vous voulez un jus de carotte, patron ? C'est bon pour la mémoire. Enfin, je crois.
– Euh, non, merci Monlapin.
– C'est comme vous voulez. Mais c'est bon aussi pour les dents. Sinon. Enfin, je crois.

Monlion, pendant ce temps, était en train de se gratter les dents avec sa langue. Puis il haussa les épaules et dit à mon Doudou que ce n'était pas grave, que l'équipe était formée et que comme ça, la prochaine fois, ils seraient plusieurs à pouvoir se souvenir de la prochaine mission. Mon Doudou soupira et admit qu'il avait raison. Et Monlapin but le jus de carotte, parce qu'il ne faut pas gâcher. A ce moment-là précis, un client entra dans l'agence. C'était Doudou Par Anneaux.

– SOS Carotte en détresse, bonjour, lui dit Monlapin en s'approchant de lui.
– Euh...! Je ne suis pas à l'agence de détectives pour Doudous ? s'étonna Doudou Par Anneaux.
– Si, aussi... soupira Monlapin. C'est pour quoi?
– Voilà... c'est assez délicat... je... hm... je ne sais pas ce que fait mon amoureuse pendant que je ne suis pas là où elle est. Et euh... je me demandais si... enfin si...

Mon Doudou s'approcha vivement de Doudou Par Anneaux. Il lui dit qu'ils allaient tout faire pour le satisfaire parce que le client est roi. Et c'est ainsi que commença la première et fabuleuse enquête de l'incroyable et formidable équipe de l'agence de détectives "Mon Doudou & Associés ; Détectives pour Doudous ; Enquêtes et Bisoux ; SOS Carotte en détresse".

Et ce fut le début d'une longue et, et... et vraiment longue aventure !


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

- Choisissez votre compte (ou "Anonyme"),
- Ecrivez le message,
- Cliquer sur "Publier"
- Renseignez les deux codes anti-robot qui apparaissent alors, séparés d'un espace (si vous n'êtes pas un robot, sinon, la porte est à droite).
- Cliquer (oui, encore) sur "Publier"