Nawak agah 4 - Doudou Pas Gentil

4
La réinsertion sociale de Doudou Pas Gentil


Résumé de l'épisode précédent : Doudou Pas Gentil est de retour. Et sa vengeance ne sera pas terrible.

Maintenant qu'il était de retour, il fallait convaincre Doudou Pas Gentil de ne plus faire de bêtises. Et ça, ce n'était pas facile. Mon Doudou se demanda fort comment il pouvait faire pour que Doudou Pas Gentil puisse devenir gentil. Quels étaient les problèmes? se demanda-t-il. Il se souvint du procès et donc énuméra les points à résoudre:

1. Le nom de Doudou Pas Gentil l'incitait sans doute à ne pas être gentil
2. L'apparence de Doudou Pas Gentil, à savoir son regard cruel et sa peau pas douce, avait été un facteur décisif accréditant la suspicion (note du traducteur : ce point représentait en vérité trois paragraphes entiers dans le texte ; le traducteur, las de trouver les mots justes, a décidé de remplacer les trois paragraphes en une seule phrase ; il s'en excuse ici, tant auprès de l'auteur que de ses lecteurs)
3. Le silence de Doudou Pas Gentil avait été l'ultime motif de son exclusion lors du procès.

Mon Doudou décida donc de trouver une solution à chaque problème, et ces solutions furent :

1. Changer le nom de Doudou Pas Gentil en Doudou PG. Sans mentir sur son vrai nom, cette écriture le rendait moins menaçant.
2. Lui mettre des lunettes de soleil pour ne plus voir ses yeux cruels, et entériner une loi définissant une nouvelle teinte à la douceur, la "douceur râpeuse", et dont l'étalon de valeur serait la peau de Doupou PG. 
3. Intégrer Doudou PG à la société en lui trouvant un rôle sociétal, afin qu'il n'ait plus jamais rien à dire.

Le dernier point était le plus délicat, car signifiant qu'il fallait trouver un métier à Doudou PG. Mon Doudou proposa à Doudou PG plusieurs postes administratifs: "Préposé aux bisoux", "Préposé aux câlins", "Préposé au ciel bleu"; "Juge d'application des bisoux", "Juge d'application des câlins", "Haut fonctionnaire au ministère des bisoux", "Ministre des Bisous Productifs"... mais aucun ne lui plaisaient. Et c'était bien ça le plus difficile à gérer, pour l'auteur devant sa page blanche devant trouver le fameux métier : le fait que Doudou PG était quelqu'un de difficile et de grognon.

Alors qu'ils marchaient à la frontière entre Outoutaidou et Jeunesaizou, Doudou PG eut une idée, qu'il dit aussitôt à mon Doudou :

- Et si j'étais chargé de vérifier les droits d'entrée et de sortie des habitants de Outoutaidou et de ceux de Jeunesaizou ? En donnant, aux jeunesaiziens, des visas de tourisme, de travail, de bisoux et de câlins ? Et en donnant, aux outoutaidiens, des passeports, des permis de faire des bisoux, et... enfin bref, toutes ces tracasseries administratives ennuyeuses qui n'existent pas encore à Outoutaidou ? Après tout, je suis le mieux placé pour faire ça, puisque je suis un outoutaidien qui a vécu à Jeunesaizou, donc je connais les deux pays !

Mon Doudou, fatigué de chercher un métier à Doudou PG, le félicita de l'idée, sans y réfléchir un instant. Il accepta et le laissa seul pour aller me faire des câlins et des bisoux, tandis que Doudou PG se mettait une casquette de douanier sur la tête où il y avait marqué sur la visière "Doudou des Papiers et des Garanties".

Et c'est ainsi que mon Doudou apprit la morale de l'histoire précédente : à tout problème une solution, et à tout problème résolu, un nouveau problème posé ; qui sera résolut, puisqu'à tout problème une solution ; mais qui sera suivi d'un nouveau... Bref, mieux vaut ne résoudre qu'à moitié le problème en cours, pour n'avoir ensuite à régler qu'une moitié de problème. Et ainsi de suite.

Tout le monde fut alors content, tant Doudou PG qui avait un poste de responsabilité, que les autres Doudous qui n'étaient plus embêtés par Doudou PG. Oui, tous étaient satisfaits. Tous, sauf un. Doudou Sans Papiers, lui, avait encore peur de Doudou PG, qui le poursuivait et voulait l'expulser du pays Outoutaidou. Ce fut toute une histoire. Une histoire incroyable... Mais tout cela, on le verra la prochaine fois. Pour l'instant, il faut dormir.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

- Choisissez votre compte (ou "Anonyme"),
- Ecrivez le message,
- Cliquer sur "Publier"
- Renseignez les deux codes anti-robot qui apparaissent alors, séparés d'un espace (si vous n'êtes pas un robot, sinon, la porte est à droite).
- Cliquer (oui, encore) sur "Publier"